Emprise et Perversions

De la psychothérapie avec les victimes de perversion narcissique

Au cours de mes années de pratique de la psychothérapie à Paris, j’ai été amenée à suivre plusieurs patientes victimes de perversion narcissique. Dans ces situations, la source de manipulation perverse était leur conjoint, lequel partageait leur vie depuis assez longtemps (entre 6 et 18 ans) et dont la plupart d’entre elles avaient des enfants. Entendons-nous bien, la perversion narcissique n’est pas une psychopathologie réservée aux seuls hommes, loin s’en faut. Il existe bien des cas de femmes perverses narcissiques. Il se trouve seulement que je n’ai pas eu l’occasion d’en recevoir dans mon cabinet. Lorsque les victimes arrivent, en début de traitement, elles sont en mesure de décrire toutes les années de harcèlement, de manipulation et de violences psychologiques subis - parfois physiques aussi - et, dans le même mouvement, d’en donner toutes les rationalisations possibles et inimaginables. Ce fait contradictoire est le produit du processus d’emprise, du « décervelage », comme certains le nomment, véritable capture d’âme ...